Focus On // OKIKO //

 

logo Okiko

Il était un fois OKIKO…

A la fois étonnant et spontané OKIKO est un studio de créations graphiques et designs lancé par deux jeunes belges plein de talent.

Julie Lay (30 ans) et Fabien Huleux (28 ans) sont comme le double K de leur logo. A la fois masculin et féminin, rigoureux et plein de folie. Cependant les adjectifs qui leur correspondraient le mieux seraient sûrement ingénieux et créatifs.

   OKIKO est un projet qui germe dans la tête de Fabien et Julie depuis déjà quelques années. Amis depuis leur entrée à l’ESA Saint-luc, ils ne se quittent plus et scellent leur amitié et le pacte d’un jour travailler ensemble en se tapant dans la main lors d’un vernissage à Bruxelles.

   Esthètes dans l’âme, les deux amis se retrouvent autour de leur amour pour la culture asiatique. L’art, l’esthétisme mais aussi la nourriture de cette partie du globe mettent en ébullition les idées créatives de nos deux comparses. Ainsi OKIKO nait dans cet atmosphère de légèreté, de délicatesse et d’origami.

OKIKO, qui signifie « Enfant de la haute mer » en japonais est un clin d’oeil à une obsession inavouable de Julie qui, enfant rêvait de se transformer en sirène! Son amour pour l’océan et les merveilles qu’il renferme se retrouve dans ses multiples dessins. Ne se considérant pas comme une excellente dessinatrice, elle se force et s’entraîne sans relâche. Cependant ce sont toujours les formes marines qui reviennent sous ses mines. Ainsi les poissons combattant du Siam avec leurs couleurs très vives prennent vie dans ses compositions.

Complémentaires… Tandis que Julie évolue dans les paysages sous-marins, c’est la terre et les cieux qui attirent Fabien. Après un projet d’étude sur l’identité visuelle des Jardins Botaniques de Sao Paulo, il développe un tracé dans lesquels hiboux, phoenix et autres dragons se dessinent et perdent peu à peu leurs contours afin de se mélanger et créer des formes énigmatiques.

Ainsi leurs idées créatives se retrouvent sur leurs premières séries de sérigraphies. Car OKIKO c’est aussi ça, un studio débordant d’idées, appliquées sur différents supports! Le fameux tote bag, ainsi que les caissons lumineux perdent leur fonction première pour devenir des objets de décoration et d’art à couper le souffle.

Ce qui me touche dans le travail développé par Julie et Fabien pour OKIKO, c’est cette envie d’aller plus loin, de dépasser les frontière et de nous faire rêver avec des créations qui peuvent se retrouver dans toutes les chaumières belges, mais qui restent cependant des pièces uniques. Leur positionnement, non pas comme des artistes mais comme des designers qui intègrent l’art dans leur travail, rend leurs créations innovantes et vivantes.

La lumière qui est un élément fondamental dans leur processus créatif, est mis en avant dans leur nouvelle ligne de lampes. J’avais hâte d’en arriver à cette partie, je suis littéralement tombée amoureuse de ces objets qu’on utilise tous, mais qui avec OKIKO prennent une nouvelle dimension!

Les lampes en washi, papier japonais composé de longues fibres de muriers, imaginées par Julie et Fabien se déclinent en plusieurs versions. Les lampes AKIKAZU Basic et les lampes AKIKAZU Crystal sont réalisées artisanalement dans les ateliers du studio mais surtout en collaboration avec des artistes et artisans belges!

Encore une fois on peut ressentir l’idée de perfectionnement de OKIKO qui s’approprie les codes de l’art ancien de l’origami – auquel on a tous joué dans notre enfance avec les fameuses cocottes!- et lui redonne ses lettres de noblesse. Croyez le ou non, ces créations sont pliées à la main! Avec du washi certes mais aussi des papiers en fibre de coton et tout cela sans aucun additif chimique.

Les lampes OKIKO sont des objets designés pour durer, mais produites en petite quantité afin de garder cette idée si luxueuse et chère à tous, l’unique. Donc pas de « mass production » ici, ce n’est pas chez Ikea et Carrefour que vous trouverez leurs lampes, mais chez Mel, Mich et Martin, boutique et galerie dans le 11éme arrondissement parisien! Et pourquoi pas un jour chez Colette à Paris, pour le plus grand plaisir de Julie!

Pour les fêtes, Julie et Fabien font partie de ces artistes qui ont revisité le sapin de Noël pour la deuxième édition belge de l’évènement, Les Sapins de Noël des créateurs. Pour se faire, ils se sont associés à l’artiste Denis Meyers, homme de peu de mots mais d’un talent qu’il n’y a plus à démontrer. Leur sapin a tenu compagnie à ceux des plus grands comme Raf Simons ou encore Stella McCartney! Toutes ces créations ont fait le bonheur des plus chanceux d’entre nous qui ont pu se les offrir lors d’une vente aux enchères au profit de l’association BIG against breast cancer, qui soutient la recherche contre le cancer du sein! On ne peut que applaudir!

Comme leurs lampes qui se superposent et ainsi créent une vraie entité, Julie et Fabien se complètent pour former OKIKO. Leur complicité sincère et leur confiance mutuelle – après tout ils connaissent leurs codes bancaires respectifs!- se ressent dans leurs créations qui allient le monde de l’art et du design avec brio!

Au O de OKIKO, j’achète!

Capture d’écran 2014-11-30 à 15.06.34

Oh.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s